A ceux qui voudraient nous voir disparaître

Vous êtes satisfaits du vote de cette loi qui pénalise nos clients ? Vous avez le sentiment de faire le ménage, d’étendre dans le temps et l’espace votre territoire safe et clean, enfin des rues et des routes sous contrôle, partout et à toute heure ? Vous souhaitez que les désirs se tournent désormais vers des écrans plutôt que vers nos jolis culs ? Vous cherchez à étouffer la fête qui nous fait vivre ? Le libre et joyeux commerce de nos caresses vous dérange ? A moins que ce ne soit nos richesses ? La circulation un peu trop fluide d’un argent pour lequel nous n’avons pas assez trimé ? Vous ne voyez pas que nous sommes productives nous aussi ? Qu’ils sortent de nos bras relaxés, revitalisés, rassurés, renseignés, réconciliés, radoucis et ragaillardis ? Mais peut-être que c’est plutôt leur frustration que vous recherchez ? Pour régner sur une armée de zombies mal dans leur peau et boulimiques des bonheurs factices de la consommation matérielle ?

Je ne sais pas, je cherche une raison à cette loi ! Vous ne pouvez pas vous être inspirés de ces pseudos arguments bien pensants qui bafouent notre libre arbitre et nous disent soit esclaves soit aliénées. Pas si vous avez un jour mis le nez dans notre milieu. Vous sauriez que le sexe tarifé n’est pas sale, qu’il est un commerce généreux et noble qui rapproche des personnes extrêmement diverses, à saute moutons au dessus des petites cloisons de votre petit système.

Et avec toutes les collègues qui ont mal au cœur ce soir, avec celles de l’ouest, de l’est, du nord et du sud, celles de la rue, des camions, des apparts et des hôtels, avec celles qui dansent, celles qui fouettent, les douces, les fortes, les siliconées, les tatouées, les garçons et les autres, les bombasses et les « encore fraîches », les soi-disant maquerelles, les inséparables, les grandes gueules, les polyglottes, les gorges profondes, avec celles qui exercent en toute majesté leur pouvoir sur les hommes et leur art du plaisir, je vous dit merde. Et sachez que les putes n’ont pas dit leur dernier mot.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s